Concours International Iacobus

Nos étudiant·e·s remportent le grand prix du concours Iacobus : le Prix Baltar !



imgActu

Nos étudiant·e·s de master 2 de la filière Réécritures remportent le grand prix du Concours International Iacobus !

↓ Retour en images en fin d'article ↓

Le concours international Iacobus consiste en un consortium entre l’ENSA de Clermont-Ferrand, de l’ETS Arquitectura UDC A Coruna, de l’OTH Regensburg, de NUACA Yerevan et la Faculté d'Architecture de l'ULiège. La thématique de l'année académique 2022-2023 était la réaffection de l'ancien hôpital de Thiers en France en un musée de la coutellerie, des locaux associatifs dédiés aux compagnons bâtisseurs et des logements collectifs. Nos étudiant·e·s de master 2 de la filière Réécritures encadrée par Marina Frisenna, François Gena, Claudine Houbart et Pascal Noé remportent, comme l'année passée, le premier prix !

Le prix Baltar a été remporté par le trinôme Marine Gasparian, Nadège Michaux et Mattia Willems.

Le prix belge a été remporté par le binôme Gaultier Arnould et Pol Oeyen. 

 

Témoignage de Mattia Willems, l'un des lauréats

Le concours s'est déroulé au sein de la Faculté d'Architecture de la Corogne. Le concours a duré toute la journée en alternant des étudiants de chaque pays différent afin de découvrir une série d'approches architecturales différentes par rapport au bâtiment de référence. J'ai trouvé vraiment intéressant de pouvoir découvrir les différents modes d'enseignement de chaque pays qui ont une nette influence sur le travail des autres étudiants qui mettent en avant des enjeux différents dans l'approche de la restauration de l'ancien hôpital.

L'intervention que j'ai présentée à su capter l'attention du jury qui a pris la peine de se lever pour aller observer la maquette. En effet, le point fort de notre projet résulte d'un prolongement du bâtiment qui suit ses lignes constructives d'origine. Cette extension ne vient pas se coller timidement, mais elle enlace franchement l’ancien hôpital (d'où le nom du projet : "Architectonic Embrace") en restructurant sa toiture par un rehaussement de la ligne de faîte. Cette toiture suit les grandes lignes structurelles du bâtiment d’origine sur deux pans avec un troisième pan de toiture inversé contribuant à donner une dynamique interne et externe. (Ce jeu de toiture est l'élément le plus important du projet). 

À titre personnel, ce fut une bonne expérience de concevoir un projet pour un concours, cela requiert une vision différente dans la présentation des documents, le discours devant les jurys et la pression que cela enjendre également, car on ne parcourt pas plus de 1000 km pour perdre, personne ne veut perdre. J'avais la pression de faire correctement passer les intentions fortes du projet à l'oral et par les documents pour permettre une compréhension claire de tous. De plus, je devais à la base présenter en français, mais afin de toucher le plus de personnes, j'ai traduit mon discours en anglais 30 minutes avant de présenter. Un pari risqué, mais gagnant au final. Enfin, le corps professoral nous a tous poussés à la réussite et cela s'est ressenti dans nos présentations et nos projets, la Belgique a su garder la tête haute et n'a pas tremblé face aux autres universités.  

 

©Mattia Willems

Partagez cette news